Un militant LGBTI dépose les armes au Cameroun

La nouvelle a jeté un coup de froid ce matin au sein des associations de défense des Droits de l’homme réunies pour un atelier de renforcement des capacités à Douala: Eric LEMBEMBE est décédé. Un autre défenseur des droits de LGBT au Cameroun abandonne ses compagnons de route. Il dépose les armes au moments ou la cause  a besoin de ses plus fervents militants.

eric-o-lembembe

Plus que le décès, ce sont les circonstances dans lesquels cet triste événement est survenu.

Témoignage du chargé des la cellule juridique de Camfaids

« Depuis vendredi soir (le 12 juillet NDLR), personne n’avait des nouvelles de Eric. On s’est dit samedi, quoi qu’il arrive, il ne manquera pas la réunion de coordination. Malheureusement, même à celle-là il n’a pas assisté. Dimanche, j’ai pris le bus pour Douala. Une fois arrivé, j’ai joint le Directeur financier de Camfaids, grand ami à Eric. Il m’a fait part de son inquiétude du notamment au fait qu’il n’arrivait pas à joindre Eric. L’inquiétude était légitime parce que jamais, Eric n’éteignait ses téléphones et jamais il ne s’est déplacé sans informer quiconque. Michel (le directeur financier) m’a dit que si jusqu’à lundi matin (16 juillet  ndlr) il n’avait toujours pas de ses nouvelles, il se rendrait à son domicile (à Tongolo,) et avec l’accord du propriétaire des lieux, il commencera la recherche par là.

Ce lundi là donc, aux alentours de 16h, je vais aux nouvelles. Michel m’informe qu’il est sur le point de se rendre au domicile d’Eric.

Vers 18h, mon téléphone sonne. Je suis en compagnie de mes collègues des associations consœurs à l’hôtel ou nous sommes logés dans le cadre du séminaire de renforcement des capacités. C’est Michel au bout du fil.  Sa voix est larmoyante. je saisis à peine l’essentiel. Ils (lui et Cédric M, un autre ami à Eric) sont au domicile d’Eric. Il l’aperçoit, à travers la fenêtre. Il est nu, couché sur le ventre et semble inanimé. J’alerte mes collègues présents avec moi. Ils relaient le message à leurs collègues à Yaoundé. Histoire de porter main  forte à Cédric et Michel au domicile d’Eric.

10 minutes plus tard, Michel me rappelle. Il est effondré. Eric n’est pas seulement inanimé. Il est décédé. »

Les premières observations des forces de l’ordre (police, gendarmerie, sapeur-pompiers),sous le regard des populations riveraines, amis et collègues d’Eric démontrent que le défunt aurait été étranglé par le câble de son ordinateur. Ledit ordinateur et les téléphones portables ayant été emportés par les auteurs du crime. Sur son corps des marques de coups, des traces de brûlures. Elles portent la marque d’un fer à repasser.

le corps a été conduit à la margue de l’hôpital Général de Yaoundé. Ce lundi en début de soirée. Michel, Cédric et les témoins présents lors de la découverte du corps interrogés jusqu’à mardi 7h. Une enquête a été ouverte.

Eric Lembembe jusqu’à son décès était journaliste, Rédacteur en chef à l’ASSOAL et contributeur du site 76crimes. Il était également directeur exécutif à Camfaids.

Une grande perte pour la communauté LGBTI dans la lutte pour le respect des droits au Cameroun après le départ de Stéphane TCHAKAM le 13 août 2012.